HindiIndu

Et par une nuit magique de pleine lune, Hindi Zahra fait étape à Turin

CECILIA MARTINO – Traduction: Frédéric Sicamois

Hindi Zahra concerto Torino

Et par une nuit magique de pleine lune, une femme, française aux origines berbères, choisit de faire étape à Turin. Dans son sang coule la rouille du désert. La rouille du désert ? Oui tout est possible quand la magie est en action : imagination. Elle a un goût de terre brûlée, sa langue quand, le frein tendu au maximum de sa possibilité d’extension, elle émet des sons qui s’accordent instantanément avec les harmonies les plus ancestrales du cosmos. On l’a surnommée la Patti Smith du désert, mais Hindi Zahra n’est rien d’autre qu’Hindi Zahra, c’est elle et c’est tout.

Hindi Zahra Live Torino
Hindi Zhara – Turin 9 juillet 2017 – Photo ©CECILIA MARTINO

Pour être sincère, j’ai moi aussi eu la tentation de la « re-baptiser », en la rapprochant non pas de quelqu’un, mais de quelque chose. Un quelque chose qui rappelle plutôt des archétypes, pas la personnalité de quelqu’un d’autre, aussi célèbre fût-il. Je l’ai surnommée la Thonban Hla des Alpes, parce qu’il m’a suffi de la voir danser sur scène et se métamorphoser en pure sauvagerie pour que l’esprit de la « déesse trois fois belle » (Thonban Hla) qui flotte sur le Mont Popa en Birmanie vienne souffler comme une poussière d’étoiles sur une scène musicale au cœur de l’été.

"Apprendre à danser dans le ciel, rien n’est plus beau qu’un être humain qui saurait danser dans le ciel, son corps est vigoureux son esprit éveillé et attentif, son âme pure et antique connaît le souffle des théories d’esprits qui dansent dans le ciel au soleil du matin et il voit"
“Apprendre à danser dans le ciel, rien n’est plus beau qu’un être humain qui saurait danser dans le ciel, son corps est vigoureux son esprit éveillé et attentif, son âme pure et antique connaît le souffle des théories d’esprits qui dansent dans le ciel au soleil du matin et il voit”

HindiIndu

La magie est dans tout ce qui mobilise l’invisible pour amortir le choc que généralement provoque en nous l’incompréhensible. Et c’est presque toujours par le corps que passe la vérité. Hindi Zahra perle l’authenticité par tous les pores de sa peau, parce qu’elle se transporte et transpire, se décompose et se recompose sur scène en une créature multiforme, parce qu’elle nous enfreint le cœur quand elle chante et se démène comme une chamane familière du circuit de l’inouï. Elle se bat la poitrine de la main, tambourine son front de ses longs doigts peints en rouge, à intervalles réguliers libère sa longue chevelure d’indienne venant cacher son visage, le balancement de sa tête suivant le rythme tribal de l’harmonie du monde.

On dirait un animal sauvage et un rapace qui vient de retrouver sa liberté. Sa voix est une idylle qui fait communiquer les mondes. Aiguë et chaude, douce et hululante, c’est une symphonie de sonorités qui puise sa première note à une âme sauvage, le diapason d’accordeur de l’âme que Hindi, notre sauvageonne pleine d’allure, un peu princesse un peu gitane, connaît parfaitement. Sans artifices ni minauderies d’aucune sorte. Elle connaît parce que son corps sait. Sa voix est un don et elle le maîtrise comme si de rien n’était. Car les dieux et les muses n’admettent pas d’efforts excessifs quand ils laissent des traces. Et d’empreintes, dieu sait si Hindi Zahra en laisse, empreintes semblables à des spirales sinueuses et enveloppantes, mystiques et sensuelles, lunescentes et engageantes comme les codes les plus secrets de l’âme.

"Trans in my dance"... Sur la Page Facebook officielle d'Hindi Zahra
“Trans in my dance”… Sur la Page Facebook officielle d’Hindi Zahra

LIS LA VERSIONE ITALIENNE SUR LE BLOG

Hindi Zahra mani

E POI UNA MAGICA NOTTE DI PLENILUNIO HINDI ZAHRA FA TAPPA A TORINO

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *